top

Vers "L'esprit du nihilisme : Une ontologique de l'Histoire" Mehdi Belhaj Kacem

 
Post new topic   Reply to topic    JULIEN DORÉ + DIG UP ELVIS Forum Index -> Julien Doré + Dig Up Elvis (francophone) -> L'ÉMERGENCE COMME POINT DE VUE -> Artistes & auteurs \ Oeuvres
Author Message
Orphée
Administrateur

Offline

Joined: 15 Dec 2007
Posts: 1,287
Localisation: ....

PostPosted: Sat 11 Apr - 21:44 (2009)    Post subject: Vers "L'esprit du nihilisme : Une ontologique de l'Histoire" Mehdi Belhaj Kacem Reply with quote

http://www.larevuedesressources.org/spip.php?article1185


I LOVE MEHDI BELHAJ KACEM



À propos de L'esprit du nihilisme : Une ontologique de l'Histoire,
Mehdi Belhaj Kacem, collection "Ouvertures", éditions Fayard,
Paris, mars 2009.


Présentation de l'ouvrage

L'esprit du nihilisme : titre doublement paradoxal, puisque ce livre
entreprend parallèlement, et souvent en même temps, de déconstruire le
(pseudo-)concept nietzschéo-heideggerien de "nihilisme" et de décrire
ce que, par provocation provisionnelle nous appellerons " nihilisme
démocratique". C'est graduellement, par la description phénoménologique
de la spiritualité exprimée dans la voix moyenne de toute une époque,
que se rouvre alors la voie qui a traversé toute la modernité pensante
depuis deux siècles: la "redécouverte" de la Tragédie par l'homme sans
dieu(x). S'y établit le "secret" découvert à tâtons par cette
modernité, sans avoir jamais été énoncé comme tel: renversant la
tradition métaphysico-politique de l'Occident, on démontre que ce n'est
pas la Loi qui est la condition de la Transgression, mais le contraire.
C'est la Transgression qui est la condition de possibilité de toute
législation : non seule-ment " morale", politique et civique, mais
technique et culturelle. L'enjeu est considérable: si la philosophie,
pour la toute première fois de sa tradition, parvenait à renverser le
rapport qu'elle a toujours posé entre législation et transgression,
démontrant que celle-ci est la condition de possibilité de celle-là et
pas l'inverse; bouleversant au passage le sens même qu'on a toujours
accordé au concept de "Transgression", alors la philosophie
destituerait enfin la région de pensée qui, avec l'irrationalisme qui
lui est propre, et qu'on a plus que jamais raison de qualifier d'"
obscurantisme", a toujours "pensé" la précession de la transgression
sur la législation : nommément la religion (le "péché originel ").
Cette destitution non seulement court-circuiterait le pouvoir du
religieux, mais restituerait ce pouvoir, et la tâche d'en penser les
conséquences, à cela dont le retrait, depuis trente ans, est le vrai
nom du "nihilisme" et du "retour du religieux" : la politique.


This quotation from amazon presents the last French book from Mehdi
Belhaj Kacem @ Fayard. There is everything to bet that it is about an
abstract drafted by the very author... So it would seem relevant to
translate it in the other languages.

Cette citation présente le dernier ouvrage de Mehdi Belhaj Kacem
paru le 4 mars chez Fayard. Il y a tout à parier qu'il s'agisse de l'abstract
 rédigé par l'auteur lui-même...
aussi il serait intéressant de le traduire dans les autres langues -- pour qui le peut.

http://www.amazon.fr/Lesprit-nihilisme-Une-ontologique-lHistoire/dp/2213638…

__________________________..__________________________..__________


Voici l'étude achevée telle qu'elle est
publiée depuis le 9 avril dans La revue des ressources * :

http://www.larevuedesressources.org/spip.php?article1185

Il s'agit d'une étude personnelle sur le processus de l'oeuvre depuis
la création poétique jusqu'à l'innovation de la pensée philosophique
chez Mehdi.

Le texte est découpé en 7 segments plus l'introduction, soit 8 cata-strophes.

Dessous, en guise d'abstract, vous trouverez le premier paragraphe, le
dernier, et entre temps les aphorismes intermédiaires qui s'installent
chronologiquement en entête de chaque segment.


______

Le premier paragraphe
(comprend le premier aphorisme) :


Ce qui est étrange/non étrange.
Mehdi Belhaj Kacem est un penseur imprescriptible au-delà du nihilisme. Il a trente six ans depuis le 17 avril. Il y a à peine plus de dix ans il a écrit son premier roman, Cancer, à vingt ans fondant le désordre et la désorientation glorieux de ses lecteurs désormais attentifs, parce que ce livre parut un an après avoir été écrit mais en même temps que son successeur, 1993 renvoyant à la naissance de son prédécesseur, donc il ne pouvait s’agir de nouveautés mais que d’éternité, chez l’éditeur Tristram (devise : "La littérature c’est ce qui change la littérature"). En réalité l’auteur déclara dans 1993 qu’il avait écrit son premier roman à 17 ans. Immédiatement ses ouvrages furent remarqués dans la revue Art Press et salués par les critiques de la nouvelle Presse. Les livres suivants furent attendus et autant salués par une critique élargie. Il reçut l’attention de personnalités telle Michèle Bernstein, co-fondatrice de l’Internationale Situationniste, qui lui dédia des mots superbes à propos de Vies et morts de Irène Lepic, dans le quotidien Libération où elle était alors journaliste littéraire, en 1996. Dans le même journal, en 2000, le poète et critique Éric Loret lui consacra l’article Belhaj Kacem, le démon de Mehdi, un portrait à propos de L’esthétique du chaos, suivi de Penseur en désordre à propos de Society, paru quelques mois plus tard (*)...
Huit ans après, l’auteur vient de publier cet ouvrage révolutionnaire qui nous anime, L’esprit du nihilisme : Une ontologique de l’Histoire au sujet de la pensée moderne, où il démonte le système de la vérité des origines, qui est peut-être la réalisation d’une métaphysique du mouvement, la première qui ne soit ni une vaine hypothèse ni une métaphore, parce qu’étrangement elle ne serait pas attachée à la réalité philosophique du temps ni à celle de l’espace (11) mais à l’événement. L’événement comme abstraction, révélation, métamorphose, et/ou émergence, singularité ou séquence, rythme tendu ou étendu de son mode d’apparition et de disparition, multidirectionnels. La pensée de Mehdi Belhaj Kacem telle qu’ontologiquement elle effectue son corps, ses expériences et ses créatures à nos yeux, dans chaque livre et de livre en livre dans le désordre, particulièrement concentrée sans anecdote dans son dernier ouvrage magistral, en discours de la transgression, serait l’événement manifeste lui-même de sa métaphysique du mouvement.
La Loi est une interruption de toutes les règles en vigeur, dont l’immanence humaine ne peut recouvrir la présence que dans la répétition "pleine" de l’événement ; mais qu’est-ce que cette répétition pleine ? Le contraire de la liturgie matérialiste démoctratique, où l’impasse chrétienne achève de se réaliser : un nouvel événement, le contraire d’un rituel, d’une Messe. Reste qu’il faut le rituel, la Messe, la règle, pour conserver la trace de l’évanouissement de l’évènement, qui est présence pleine. Les religions monothéistes le surent. Mais l’islam fut seul à voir que la répétition était la nécessaire transition d’un événement à un autre : qu’elle n’était là "que" pour tenir le fil entre deux événements.Manifeste antiscolastique, col. Antiphilosophique, éd. Nous (2007) ; citation extraite des sites marchands. Présentation du
[...]

Les derniers paragraphes :

La pensée de Mehdi Belhaj Kacem n’est pas objet ni image, mais leur mise en ellipse pour extraire le mouvement de l’événement : pensée/mouvement de l’environnement global qu’il rétro-intègre (actualité et références de toute "nature"), le décadrant de ses objets par le raisonnement logique poussé jusqu’au point extrême, jusqu’à ce qu’il entreprenne une nouvelle nouvelle aventure du sens. Non l’effet de la vérité décrétée mais à l’évidence de son retournement mieux qu’une déclaration : un événement. C’est un passage à l’acte d’expérimentation vivante du temps réel de la philosophie, comme acte de vivre indissociablement solidaire avec les autres sans se soumettre. Il s’agit de l’actualisation d’une pensée active de la transgression (la pensée créatrice comme transgression de la discipline, et pensée de l’instituant en transgression comme agent de la transgression générale) qui n’est donc pas une réactualisation de la philosophie, ni même un activisme philosophique, mais une autre philosophie. Cette philosophie insurrectionnelle, tambourinante et aventureuse, qui se développe ironiquement par le discours multidirectionnel et intégrateur jusqu’à son retournement aléatoire, original, unique, exceptionnel, n’est donc pas une idéologie. Non seulement iconoclaste de toutes formes pouvant aussi bien les plagier sans valeur, le philosophe retrouve ici la valeur symbolique des raisons de poursuivre à inventer la philosophie non pour gouverner mais pour poursuivre de pouvoir donner... Alors, le mensonge pointé des origines de l’histoire (ici oublions le H majuscule) serait une nouvelle occurence, non pas une réalité imaginaire mais la vérité des réalités imaginaires contre le mensonge de l’organisation sociale, un déplacement de la quête du "mensonge au-delà de la métaphysique" qui fonda la philosophie Pataphysique.
Cette philosophie qui déplace les paradigmes de la vérité et de la preuve de l’Histoire par le raisonnement métaphysique, qui les prescrit par l’événement du texte comme un combat du sens qui affronte l’évidement social par le signe de la marchandise et de la téléréalité, où la politique et la religion se confondent en croyance, ce n’est pas un début de Mehdi Belhaj Kacem mais une maturité.
Là où Françoise Sagan a pu dire que l’humour était la politesse du désespoir, on peut avancer que l’ironie est quant à elle l’élégance du nihilisme. II s’agit d’interroger le nouage étonnamment synchronisé du surgissement d’une démocratisation de la forme ironique avec l’instauration du nihilisme de masse de la marchandise de divertissement. Nous croyons montrer que nous ne sommes pas dupes, mais c’est sans doute là que réside le noyau même de la duperie : nous consommons, en montrant sans cesse n’être pas dupes, d’horribles émissions télévisées, des marchandises ineptes, des informations débiles, une presse régressive, etc. : nous passons notre temps à ça, en feignant n’en être pas dupes, ce qui est la plus sûre manière de l’être totalement. Présentation par l’auteur du dernier opus de son ouvrage Ironie et vérité, Medhi Belhaj Kacem, col. Antiphilosophique, édit. Nous, février 2009, Paris ; citation extraite des sites marchands.
__________________________..__________________________..__________



* Avertissement : Dans le cadre de la rubrique "Carte blanche", cet essai a donné lieu à la performance expérimentale publique de son évolution vers sa version définitive, en temps réel connecté des modifications du premier jet, depuis sa parution le 9 avril jusqu’au 20 avril inclus, un jour avant la disparition de son information au sommaire progressif de la page d’accueil de La revue des ressources. La version stabilisée demeurera consultable à son adresse URI respective — dès à présent celle de cette page.

21 AVRIL 2009 APRIL 21 : MERCI À TOUS POUR VOTRE INTÉRÊT SUIVI AU LONG DE LA PERFORMANCE !! MANY THANKS TO EVERYBODY HAVING FOLLOWED OUR CONSTRUCTIVE WORK IN REAL TIME ! GREAT AND LONG LIFE TO MEHDI BELHAJ KACEM ! GRANDE ET LONGUE VIE À MEHDI BELHAJ KACEM ! MERCI À LUI DE NOUS AVOIR LAISSÉS LIBRES DANS LE RISQUE DE L’EXPÉRIENCE.
___________


Lisez Mehdi Belhaj Kacem

en tout et partie

c'est une aventure, une expérience en temps réel

avec un auteur intégral et un philosophe révolutionnaire...



__________________________..__________________________..__________

Enfances Smile ->
http://www.criticalsecret.com/n1/medhi/01.htm
http://www.criticalsecret.com/n1/kupiec/01.htm
http://www.criticalsecret.com/n1/sommaire_p.htm

etc... au long de plusieurs opus.
http://www.criticalsecret.com/n3/index2.htm
http://www.criticalsecret.com/n4altern/mehdi/index.h..tm
(english + french)







_._._.__._._._.__._.__._._._._._._____.
Ali No War http://www.myspace.com/alinowar
Back to top
Publicité






PostPosted: Sat 11 Apr - 21:44 (2009)    Post subject: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Back to top
Orphée
Administrateur

Offline

Joined: 15 Dec 2007
Posts: 1,287
Localisation: ....

PostPosted: Sat 11 Apr - 22:13 (2009)    Post subject: Mehdi Belhaj Kacem en 2002, Symposium Précarité-Instabilité, Maison Européenne de la Photographie, Paris. Reply with quote


Précarité-Instabilité / Precariousness-Instability
Symposium organisé par criticalsecret en décembre 2002
Précarité-instabilité" Concept actif dans les renouvellements paradigmatiques
Directeur scientifique général et pour les sciences humaines : Henri-Pierre Jeudy
Animateur et directeur scientifique pour les sciences : Jean-Jacques Kupiec

Maison Eropéenne de la Photographie

http://www.mep-fr.org/







Cette intervention de Mehdi Belhaj Kacem s'inscrit en deuxième partie d'une performance philosophique duale dont l'intervention de Véronique Bergen, invitée à sa demande selon notre proposition, constitue la première partie. / This intervention by Mehdi Belhaj Kacem is the second part of the dual philosophical performance, Véronique Bergen's (invited by him after our proposal) intervention being the first part.

L'invervention de Véronique Bergen (auto-enregistrement en Belgique pour publier en différé pendant le séminaire à Paris) :
http://www.criticalsecret.com/n10/VERONIQUE BERGEN/

La partition de Mehdi Belhaj Kacem / Mehdi Belhaj Kacem's Part
http://www.criticalsecret.com/n10/MEHDI BELHAJ KACEM/contenus.php

Mehdi's intervention for downloading :
http://www.criticalsecret.com/n10/audio/mbk.ram
Free Real Player
(
Ce téléchargement audio et la photo autorisés par le copyright criticalsecret)


Mehdi's Abstracts:

Au coeur du soustractivisme (...) git le plus intéressant problème qui ait été posé à la philosophie depuis la différence ontologique : la différence entre présentation et représentation. On ne comprend rien à cette différence tant qu'on rabat le concept de représentation sur ce qu'on croit déjà en savoir. Or, l'acception que donne le soustractivisme à ce vieux terme est à la fois d'une radicale nouveauté, et d'une rigueur qui subsume toutes les connotations qu'on a pu auparavant réserver au même terme. In Soustractivism there stays the most interesting question of the Philosophy from the ontological difference: the difference between Presentation and Representation. Nothing is to be understand from that if the concept of Representation is applied to which we have trusted still knowing about. Soustractivism affects a radical novation to this old term and same time it stringlenty overwrites all the connotations that could be accepted before.

           
             

_._._.__._._._.__._.__._._._._._._____.
Ali No War http://www.myspace.com/alinowar
Back to top
Orphée
Administrateur

Offline

Joined: 15 Dec 2007
Posts: 1,287
Localisation: ....

PostPosted: Sat 11 Apr - 22:23 (2009)    Post subject: Vers "L'esprit du nihilisme : Une ontologique de l'Histoire" Mehdi Belhaj Kacem Reply with quote

Le contenu de l'invervention de Mehdi Belhak Kacem est une de ses premières interventions philosophiques publiques sinon la première il faut donc conidérer qu'elle présente une base d'intervention qui a beaucoup évolué voir basculé, depuis.
_._._.__._._._.__._.__._._._._._._____.
Ali No War http://www.myspace.com/alinowar
Back to top
Contenu Sponsorisé






PostPosted: Today at 01:23 (2017)    Post subject: Vers "L'esprit du nihilisme : Une ontologique de l'Histoire" Mehdi Belhaj Kacem

Back to top
Display posts from previous:    Previous topic : Next topic  
Post new topic   Reply to topic    JULIEN DORÉ + DIG UP ELVIS Forum Index -> Julien Doré + Dig Up Elvis (francophone) -> L'ÉMERGENCE COMME POINT DE VUE -> Artistes & auteurs \ Oeuvres All times are GMT + 2 Hours
Page 1 of 1

 
Jump to:  

Index | Administration Panel | Free forum | Free support forum | Free forums directory | Report a violation | Conditions générales d'utilisation