top

Almost Gaza after all / Gaza après tout ou presque

 
Post new topic   Reply to topic    JULIEN DORÉ + DIG UP ELVIS Forum Index -> Collective Space (multilingual) / Espace collectif (multilingue) -> FORUMS AND NOTES / FORUMS ET NOTES -> Free discussions / Discussions libres
Author Message
Orphée
Administrateur

Offline

Joined: 15 Dec 2007
Posts: 1,287
Localisation: ....

PostPosted: Fri 6 Feb - 04:42 (2009)    Post subject: Almost Gaza after all / Gaza après tout ou presque Reply with quote

---------------------

The trauma etched on every face in Gaza
by Haidar Eid

===> Le traumatisme gravé sur chaque visage à Gaza
par Haidar Eid

January 26, 2009
26 janvier 2009

http://socialistworker.org/2009/01/26/the-trauma-on-every-face

Israel declared a unilateral "cease-fire" after pounding the
Palestinians of Gaza with air strikes and a ground invasion for more
than three weeks. The war plunged Gaza even deeper into suffering
already inflicted by an iron blockade imposed by Israel and the U.S.
after the Islamist Hamas party won a victory in January 2006 elections
to the Palestinian Legislative Assembly.

===> Israël a déclaré "un cessez-le-feu" unilatéral après avoir écrasé
les Palestiniens de la Bande de Gaza avec des raids aériens et une
invasion terrestre pendant plus de trois semaines. La guerre a plongé
plus profondément encore la Bande de Gaza dans la souffrance déjà
infligée par le blocus de fer imposé par Israël et les Etats-Unis
après que le parti islamiste du Hamas eut remporté la victoire aux
élections pour l'Assemblée législative palestinienne en janvier 2006.

Haidar Eid, a professor of English, political commentator, activist
and resident of Gaza City, has told the story of this war like few
others can. He provided eyewitness reports throughout Israel's bombing
campaign, the ground invasion and now the "cease-fire."

===> Haidar Eid, professeur d'anglais, politologue, activiste et
résidant de la ville de Gaza, a fait le récit de cette guerre comme
peu d'autres possibles. Il a fourni des rapports de témoignage
oculaire durant la campagne de bombardement d'Israël, l'invasion
terrestre -- et maintenant le "cessez-le-feu".

Haidar spoke with Eric Ruder about the political and military
consequences of the war--and the urgent need for activists around the
world to take up the struggle against Israel's apartheid.

===> Avec Eric Ruder, Haidar a parlé des conséquences politiques et
militaires de la guerre - et du besoin urgent d'activistes pour
relayer dans le monde entier la lutte contre l'apartheid d'Israël.

E.R.:
Do you think the cease-fire will hold?

===> Pensez-vous que le cessez-le-feu tiendra ?

H.E.:
The cease-fire is holding because Israel wants it to. Israel didn't
want to spoil the Obama inauguration party. Israel wanted to join the
party.
Israel unilaterally declared a cease-fire, and then 12 hours later,
the Palestinian resistance movement also declared a one-week
cease-fire, as long as Israel withdraws all of its troops from Gaza.
But I think the proper word to describe what is going on is not
withdrawal, but redeployment. Israel wants to redeploy its troops
around Gaza, and again transform Gaza into the concentration camp it
had been before December 27, when they began their criminal war.
We still have 24-hour surveillance by Israeli drones flying overhead,
we still hear the F-16's and Apache helicopters, and I can see the
gunship in the Mediterranean from where I now sit. I don't know
whether to call that a "commitment to the cease-fire" or what.

===> Le cessez-le-feu tient parce que Israël le veut. Israël n'a pas
voulu gâter la partie d'inauguration d'Obama. Israël a voulu être de
la partie.
Israël a déclaré unilatéralement un cessez-le-feu et 12 heures plus
tard ce fut aussi le mouvement de résistance palestinien qui déclara
un cessez-le-feu d'une semaine, le temps qu'Israël retirât toutes ses
troupes de la Bande de Gaza.
Cependant, je pense que le mot approprié pour décrire ce qui se passe
n'est pas le retrait, mais le redéploiement. Israël veut redéployer
ses troupes autour de la Bande de Gaza et transformer de nouveau la
Bande de Gaza en camp de concentration tel qu'avant le 27 décembre,
quand ils commencèrent leur guerre criminelle.
Nous subissons encore la surveillance des drones israéliens qui nous
survolent 24h/24, nous entendons toujours les F-16 et les hélicoptères
Apache et d'où je suis assis maintenant je peux voir l'hélicoptère de
combat en Méditerranée. Je ne sais pas s'il faut appeler cela "un
engagement au cessez-le-feu" ou quoi.

To tell you the truth, people are extremely sad. For the last three
days, I've been visiting people, moving around and seeing lots of
destroyed houses, and looking at my neighborhood, which was attacked
last week.
The day before yesterday, I went to a farm near the Jabaliya refugee
camp in the eastern part of Gaza. Some 75 to 80 percent of the houses
were demolished by Israeli Caterpillar bulldozers.
I also visited the house of a friend who was shot dead, and then his
family had to keep him in their home for 11 days because no medics
could pick up the body for fear of being attacked by the Israelis. I
went to the funeral and gave my condolences to his father. I talked to
families whose houses were demolished.
There's just extreme...I don't know what the right words are. Sadness,
anger, frustration. But also resilience and steadfastness. I really
felt all of this.

===> Pour vous dire la vérité, la population est extrêmement triste.
Pendant ces trois derniers jours, j'ai rendu visite aux gens, je me
suis déplacé et j'ai vu des tas de maisons détruites et j'ai regardé
mon voisinage, qui a été attaqué la semaine dernière.
Avant-hier, je suis allé à une ferme près du camp de réfugiés de
Jabaliya dans la partie orientale de la Bande de Gaza. Environ 75 à 80
pour cent des maisons avaient été démolies par les bulldozers
Caterpillar israéliens.
J'ai aussi visité la maison d'un ami qui a été tué par balle et
ensuite sa famille a dû le garder dans leur maison pendant 11 jours
parce qu'aucun servive sanitaire ne pouvait prendre le corps de peur
d'une attaque par les Israéliens. Je suis allé aux obsèques et j'ai
présenté mes condoléances à son père. J'ai parlé aux familles dont les
maisons ont été démolies.
C'est extrême... je ne sais pas quels sont les mots justes. Tristesse,
colère, frustration. Mais aussi résilience et le fait d'être ferme.
J'ai vraiment ressenti tout cela.

Then yesterday, I went to the house of a friend who is an
academic--who works at Al Azra University. His house was also
attacked, and he lost everything. Everything. I took some pictures.
All the rooms are completely destroyed--three bedrooms, the bathroom,
the kitchen. He can't bring his family back.

===> Hier, je suis allé à la maison d'un ami qui est un universitaire
- qui travaille à l'Université Al Azra. Sa maison aussi a été
attaquée et il a tout perdu. Tout. J'ai pris quelques photos. Toutes
les pièces sont complètement détruites - trois chambres à coucher, la
salle de bains, la cuisine. Il ne peut pas faire revenir sa famille.

Then I went to the Zeitoun area, where the Samouni family lives.
Israel forced all the members of the family into a single building,
and then they shelled the building. So far, 37 family members are
confirmed dead, and they believe there are still relatives under the
rubble.
If death has a smell, it was there. The stench was horrible. That is
Gaza under cease-fire.

===> Alors je suis allé dans le secteur de Zeitoun, où vit la famille
Samouni. Israël a contraint tous les membres de la famille dans un
bâtiment à part et ensuite ils ont bombardé la construction.
Jusqu'ici, 37 membres de famille sont confirmés morts et on croit
qu'il y a encore des parents sous les décombres.
Si la mort a une odeur, c'était là. La puanteur était horrible. C'est
la Bande de Gaza sous le cessez-le-feu.

The grandfather of the Samouni family was looking at his grandson, and
I'll remember what he said for the rest of my life. He said, "Where
can I bring him a father from? Where can I bring him a mother from?"
Because his grandson's parents and all of his brothers and sisters
have been killed. He was desperate. He was crying.
Then it struck me that this was a microcosm of a macrocosm--that is,
the Palestinian people as a whole. We have been left alone to die. We
have been orphaned as Palestinians.
Our Arab brothers have failed us. Our Muslim brothers and sisters have
failed us. And the international community at large failed us. We were
left alone to face the fourth-strongest army in the world, and the
official Arab governments failed, for 19 days, to even hold a summit.

===> Le grand-père de la famille Samouni regardait son petit-fils et
je me rappellerai ce qu'il a dit pour le reste de ma vie. Il a dit,
"D'où puis-je lui apporter un père ? D'où puis-je lui apporter une
mère ?" Parce que les parents de son petit-fils et tous ses frères et
soeurs ont été tués. Il était désespéré. Il pleurait.
Alors ce qui m'a frappé c'était le microcosme d'un macrocosme -
c'est-à-dire les Palestiniens dans l'ensemble. Nous avons été laissés
seuls pour mourir. Nous avons été rendus orphelins comme Palestiniens.
Nos frères arabes nous ont laissés tomber. Nos frères et nos soeurs
musulmans nous ont laissés tomber. Et la communauté internationale en
général nous a laissés tomber. Nous avons été laissés seuls pour faire
face à la quatrième armée la plus forte du monde et les gouvernements
arabes officiels ont échoué, pendant 19 jours, même à tenir un sommet.

===> I also spoke with Amira Qirm, a 14-year-old girl, whose father,
brother and sister were killed by exposure to white phosphorous bombs.
She was also wounded and crawled on her knees for half a kilometer,
and then she managed to get into an empty house. She laid on a
mattress on the floor from Wednesday to Saturday, surviving on water
alone. I visited her because she was found in my cousin's house.

===> J'ai aussi parlé avec Amira Qirm, une fillette de 14 ans, dont le
père, le frère et la soeur exposés aux bombes phosphorées blanches
furent tués. Elle était également blessée et a rampé sur les genoux
pendant la moitié d'un kilomètre puis elle a réussi à entrer dans une
maison vide. Elle s'alita sur un matelas par terre de mercredi à
samedi, survivant seulement avec de l'eau. Je l'ai visitée parce
qu'elle a été trouvée dans la maison de mon cousin.


E.R.:
What about the flow of food and humanitarian and medical supplies into Gaza?

===> Concernant le flux de l'alimentaire, de l'humanitaire et des
médicaments, dans la Bande de Gaza ?

H.E.:
Prior to the war, we were under this medieval siege for two-and-a-half
years. Then they started this war, but now we are back under siege. In
other words, we experienced slow-motion genocide, as Israeli historian
Ilan Pappe has described it.
I don't know what to call what happened during the war. Gaza already
has been transformed into the Auschwitz of the Middle East, as a
famous Palestinian journalist said.

===> Avant la guerre, nous étions en état de siège médiéval depuis
deux ans et demi. Alors ils commencèrent cette guerre, mais maintenant
nous sommes de nouveau en état de le siège. Autrement dit, nous avons
expérimenté le génocide du mode ralenti, comme l'historien israélien
Ilan Pappe l'a décrit.
Je ne sais pas comment qualifier ce qui est arrivé pendant la guerre.
La Bande de Gaza a déjà été transformée en Auschwitz du Moyen-Orient,
comme un journaliste palestinien célèbre l'a dit.

The right description for Westerners is probably the scenes from the
German city of Dresden after the Second World War. But it is even
worse than that, judging from the pictures I've seen of Dresden. There
are more than 40,000 houses and institutions completely destroyed by
the Israeli war machine.
That includes the houses I've been telling you about, that includes
part of the Islamic University, legislative council buildings, police
stations, schools, UN schools for refugees, 18 mosques, and on and on.

===> La description précise pour des occidentaux serait probablement
les scènes de la ville allemande de Dresde après la deuxième Guerre
mondiale. Mais si j'en juge aux images de Dresde que j'ai vues c'est
encore pire que cela. Il y a plus de 40.000 maisons et institutions
complètement détruites par la machine de guerre israélienne.
Ce qui inclut les maisons dont je vous ai parlé, une partie de
l'université islamique, les bâtiments du conseil législatif, des
commissariats de police, des écoles, les écoles des Nations Unies pour
les réfigués, dix huit mosquées, et ainsi de suite.

We need something like $1.5 billion to $2 billion to start "standing
up," as we say in Arabic. And the prevailing view amongst Gazans is
that the cease-fire is only temporary. What guarantees that Israel
will not come back?

===> Nous avons besoin de quelque chose comme 1.5 milliards à 2
milliards de dollars pour commencer "à se lever" comme on dit en
arabe. Et parmi les gazouis il règne l'impression que le cessez-le feu
soit seulement provisoire. Qu'est-ce qui garantit qu'Israël ne
reviendra pas ?

If you remember, in March 2008, Israel gave us a rehearsal of what
would happen by attacking the Beit Hanoun and Jabaliya area. I
remember at that time that Natan Vilnai, the deputy minister of war
(who they call deputy minister of defense) threatened us with a bigger
"shoah"--the Hebrew word for holocaust.
That didn't provoke the necessary outcry from the international
community, which should express alarm when someone talks about
carrying out a holocaust. So Israel got the message--that the
international community wouldn't do anything if the Israelis carried
out a bigger shoah. That's why they came back on December 27.

===> Si vous vous souvenez, en mars 2008, Israël en attaquant le
secteur de Beit Hanoun et de Jabaliya nous a donné une répétition de
ce qui allait arriver. Je me souviens qu'à ce moment-là Natan Vilnai,
le ministre de la guerre (qu'ils appellent ministre adjoint à la
Défense) nous a menacés d'une plus large "shoah" - le mot hébreu pour
l'holocauste.
Cela n'a pas provoqué le tollé nécessaire de la communauté
internationale, qui aurait du exprimer son alarme que quelqu'un parle
d'exécuter un holocauste. Donc Israël a obtenu le message - que la
communauté internationale ne ferait rien si les Israéliens
effectuaient une plus large shoah. C'est pourquoi ils sont revenus le
27 décembre.

So if you talk to people, they say the Israelis might come back
tomorrow. What is there to stop them? Nothing. The Arab summit
produced nothing but empty rhetoric. The UN Security Council
Resolution 1860 means absolutely nothing. Israel never committed
itself to that resolution.

===> Par conséquenti, si vous parlez aux gens, ils disent que les
Israéliens pourraient revenir demain. Qu'est-ce qu'il y a pour les
arrêter ? Rien. Le sommet arabe n'a rien produit sinon du vide
rhétorique. La résolution 1860 du conseil de sécurité de l'ONU ne
signifie absolument rien. Israël ne s'est jamais engagé à cette
résolution.

UN Secretary General Ban Ki Moon visited Gaza yesterday. He was
spineless. He came in a convoy of cars, then drove from the border
wearing a bulletproof vest, as if someone was going to shoot him from
the Eretz checkpoint to the United Nations Relief and Works Agency
headquarters.
Never visited Jabaliya, never visited the Zeitoun area. And then he
talked about the shocking scenes. But he didn't see anything.
That's why, as I said during our last interview, we have lost faith in
the official bodies of the international community--the European
Union, UN Security Council, Arab League, Organization of the Islamic
Conference and so on.

===> Ban Ki Moon le secrétaire général de l'ONU a visité heir la Bande
de Gaza. Il était veule. Il est entré avec un convoi de voitures, puis
il a roulé vers la frontière en portant un gilet pare-balles, comme si
quelqu'un allait le tuer entre le relief des Nations Unies, le
quartier général de l'Agence des Travaux, et le point de contrôle de
Eretz. Jamais visité Jabaliya, jamais visité le secteur Zeitoun. Et
ensuite il a parlé de scènes choquantes. Mais il n'a vu rien.
C'est pourquoi, comme j'ai dit pendant notre dernier interview, nous
avons perdu la foi dans les corps officiels de la communauté
internationale - l'Union européenne, le conseil de sécurité de l'ONU,
la Ligue des pays arabes, l'Organisation de la Conférence Islamique et
cetera.

I think the popular sense that we've been left alone is correct. Not a
single Arab country intervened. The best example of solidarity was
from Bolivia and Venezuela [which severed diplomatic ties with Israel
to protest the war on Gaza]. So the joke here in the streets of Gaza
goes, "Long live, Venezuela! The leading Arab country."

===> Je pense que le sens populaire selon lequel nous avons été
laissés seuls est correct. Pas un seul Pays arabe n'est intervenu. Le
meilleur exemple de solidarité est venue de Bolivie et du Venezuela
[qui a rompu ses liens diplomatiques avec Israël pour protester contre
la guerre de Gaza]. Ainsi va le jeu de mot dans les rues ici à Gaza :
"Vive, le Venezuela ! Le principal pays arabe."

We can't go to the south--to Rafah, to Khan Younis--but we can go to
the middle camps, such as Nusayrat and Burayj. We've been able to move
around some. But no food and still shortages of medicine. As I speak
to you right now, I have no electricity. No land line. No Internet
connection in my flat. That's the situation.

===> Nous ne pouvons pas aller au sud - à Rafah, à Khan Younis - mais
nous pouvons aller jusqu'aux camps moyens, comme à Nusayrat et à
Burayj. Quelques uns d'entre nous ont été capables de se déplacer.
Mais aucune alimentation et toujours le manque de médecine. À
l'instant où je vous parle, je n'ai aucune électricité. Aucune ligne
reliée. Aucune Connexion à Internet dans mon appartement. C'est la
situation.

How long will it take us to heal? On a personal level, I talk about
myself as Haidar before the Gaza war, and Haidar after the Gaza war. I
am conscious of the trauma--both the personal trauma and the
collective trauma. It's on every face on the streets of Gaza.
And the question is why? Why did Israel have to target children? They
killed 438 children. And then there are the 120 women, 95 old people,
16 medics, four journalists, five foreigners. And 85 to 90 percent of
those who were killed were civilians.

===> Combien de temps nous faudra-t-il pour guérir ? À un niveau
personnel, je parle de moi comme Haidar avant la guerre de Gaza et
Haidar après la guerre de e Gaza. Je prends conscience du traumatisme
- tant traumatisme personnel que le traumatisme collectif. Il est sur
chaque visage dans les rues de Gaza.
Et la question est pourquoi ? Pourquoi Israël a-t-il dû cible des
enfants ? Ils ont tué 438 enfants. Et puis il y a les 120 femmes, 95
vieillards, 16 soignants, quatre journalistes, cinq étrangers.

If this offensive has done something, it has succeeded in radicalizing
people and strengthening the will to resist the occupation. People
have now understood that this is the end of the so-called negotiations
with Israel. It's clear that negotiations with Israel within the
current imbalance of power are not going to lead us anywhere, but
surrender.

===> Si cette offensive a fait quelque chose, c'est réussir dans la
radicalisation du peuple et le renforcement de la volonté pour
résister à l'occupation. La population a maintenant compris que c'est
la fin des prétendues négociations avec Israël. Il est clair que les
négociations avec Israël dans le déséquilibre du pouvoir actuel ne va
pas nous mener n'importe où, mais à la reddition.

This is what the official leadership of the Palestinian Authority has
been doing. It has surrendered to the Zionist leadership of Israel.
And coexistence with Zionism, people here feel now, is
impossible--exactly like coexistence with apartheid was impossible for
the Black indigenous population of South Africa.
Therefore, as I see it, Israel must be transformed into a secular
democratic state--from a state for Jews only to a state for all its
citizens.

===> C'est ce que la direction officielle de l'Autorité palestinienne
a fait. Elle s'est rendue à la direction sioniste d'Israël. Et la
coexistence avec le sionisme, les gens ici sentent que maintenant,
c'est impossible - exactement comme la coexistence avec l'apartheid
était impossible pour la population indigène Noire d'Afrique du Sud.
Et donc, je le vois, Israël doit être transformé en un état
démocratique laïc - d'un état pour des Juifs seulement à un état pour
tous ses citoyens.

E.R.:
You are coughing a lot. Are you okay?

===> Vous toussez beaucoup ; ça va ?

H.E.:
Yes, it's just cold here, and I don't have windows [they were all
broken by shock waves from Israeli missiles]. At night, it gets pretty
cold--sometimes 3, sometimes 2, sometimes 5 degrees Celsius [just
above freezing]. But I'm okay.

===> Oui. c'est simplement qu'il fait froid ici et je n'ai pas de
fenêtres [elles ont été brisées par l'onde de choc des missiles
israéliens]. La nuit, cela devient franchement froid -- parfois 5,
parfois 3, parfois 2 degrés celsius [juste au-dessus du gel]. Mais ça
va.

E.R.:
Is your point about the "end of negotiations" that the last remaining
hope has been extinguished among Palestinians that the Oslo Accords
would accomplish a two-state solution?

===> Votre position sur "le terme des négociations" est-il que le
dernier espoir restant que les accords d'Oslo accomplissent une
solution à deux États se soit éteint parmi des Palestiniens ?

H.E.:
Absolutely when Israel started this war, it killed the two-state
solution. People were mostly already convinced that such a solution
was impossible--with the construction of the apartheid wall, with the
increase of the number of settlers to more than half a million, the
expansion of the settlement bloc around Greater Jerusalem, and so on.
This is what we, as one-state activists, have also been arguing. But
now, I think, people on the street have come to realize that Israel is
not sincere about the two-state solution, and by launching the latest
war against Gaza, it has shot the two-state solution in the head.
That's why I strongly believe--and I have been arguing this lately on
television and radio and in an article I've written--that there is a
golden opportunity for activists to start reformulating the
Palestinian national program.
The previous Palestinian national program represented the interest of
the bourgeois within Palestinian society, in the form of the Fatah
movement headed by Yassir Arafat in the 1980s and 1990s. That led to
the 1993 signing of the Oslo Accord.
But from 1993 until now, Israel has taken every possible step to
squash the two-state solution--by the measures I outlined: increasing
the number of settlers, annexing Jerusalem, the apartheid wall and so
on.

===> Absolument quand Israël a commencé cette guerre, cela a tué la
solution des deux États. La plupart de la population était déjà déjà
convaincue qu'une telle solution était impossible - avec la
construction du mur de l'apartheid, avec l'augmentation du nombre de
colons jusqu'à plus d'un demi-million, l'extension du bloc colonial
concentrique du plus Grand Jérusalem, et cetera.
C'est en tous cas ce que nous avons avancé, en tant activistes pour un
seul État. Mais maintenant, il me semble que le peuple de la rue en
est venu à se rendre compte qu'Israël n'est pas sincère dans la
solution des deux États, et qu'en lançant la dernière guerre contre
la Bande de Gaza, il a tué l'idée de la solution des deux États.
C'est pourquoi je crois fortement - et j'en ai discuté récemment à la
télévision et la radio et dans un article que j'ai écrit - qu'il y a
pour les activistes une occasion magnifique de commencer à reformuler
le programme national palestinien.

The previous Palestinian national program represented the interest of
the bourgeois within Palestinian society, in the form of the Fatah
movement headed by Yassir Arafat in the 1980s and 1990s. That led to
the 1993 signing of the Oslo Accord.
But from 1993 until now, Israel has taken every possible step to
squash the two-state solution--by the measures I outlined: increasing
the number of settlers, annexing Jerusalem, the apartheid wall and so
on.
The last bullet was when Israel launched the war on Gaza, but during
the last three years, Israel has transformed Gaza, with the complicity
of the international community, into the largest concentration camp in
the world--larger than the Warsaw Ghetto and even Auschwitz. And the
West Bank has been transformed into three large Bantustans--one in the
north with Jenin and Kalkilya, one in the middle with Ramallah, and
one in the south with Beit Lahoun and Hebron.
In other words, the two-state solution has become a façade, a fiction.
I think people understand this now.

===> Le programme national palestinien précédent, formulé par le
mouvement du Fatah dirigé par Yassir Arafat dans les années 1980 et
les années 1990, représentait l'intérêt bourgeois dans la société
palestinienne. Cela mena à la signature des accords d'Oslo en 1993.
Mais de 1993 jusqu'à présent, Israël a pris chaque occasion possible
d'écraser la solution des deux États - par les mesures que j'ai
décrites : en augmentant le nombre des colons, en annexant Jérusalem,
le mur de l'apartheid, et cetera.
La dernière balle fut quand Israël lança la guerre de la Bande de
Gaza, mais pendant les trois dernières années, Israël avait transformé
la Bande de Gaza, avec la complicité de la communauté internationale,
en un camp de concentration le plus grand du monde - plus grand que le
Ghetto de Varsovie et même qu'Auschwitz. Et la Cisjordanie fut
transformée en trois grands Bantoustans - un au nord avec Jenin et
Kalkilya, un au milieu avec Ramallah et un au sud avec Beit Lahoun et
Hebron.
Autrement dit, la solution des deux États est devenue un façade, une
fiction. Je pense que maintenant le peuple le comprend.

But having said that, it doesn't mean that people understand what the
one-democratic-state solution is. And this is the role for civil
society organizations and for us as activists--to start the
discussion. There aren't many groups calling for a one-state solution
at this time, but we have the support of many intellectuals--such as
Ilan Pappe, Ali Abunimah, Ramzy Baroud, Omar Barghouti, and so on.

===> Mais cela étant dit ne signifie pas que la population comprenne
ce qu'est la solution d'"un État démocratique". Et c'est le rôle des
organisations de la société civiles et le nôtre comme activistes - de
commencer la discussion. Il n'y a pas beaucoup de groupes appelant à
une solution pour un seul État en ce moment, mais nous avons l'appui
de beaucoup d'intellectuels - comme Ilan Pappe, Ali Abunimah, Ramzy
Baroud, Omar Barghouti, et d'autres.

E.R.:
When Israeli Prime Minister Ehud Olmert announced the end of Israeli
operations, he said that Israel had accomplished all of its
goals--that Hamas and its armed wing of 15,000 fighters had been hit
hard, and that Israel had perhaps achieved even more than it had
expected. But there are also Israeli observers who are skeptical about
this. So what do you think of the political and military consequences,
both for Israel and for Hamas?

===> Quand le Premier ministre israélien Ehud Olmert a annoncé la fin
d'opérations israéliennes, il a dit qu'Israël avait accompli tous ses
buts - que Hamas et son aile armée de 15,000 combattants armés avaient
été frappés durement et qu'Israël avait même peut-être réalisé
davantage qu'il avait attendu. Mais il y a aussi les observateurs
israéliens qui en restent sceptiques. Ainsi, que pensez-vous des
conséquences politiques et militaires, tant pour Israël que pour Hamas
?

H.E.:
The problem I have with this kind of question when it comes from the
mainstream media is that the war has been misrepresented as a war
between Israel and Hamas. But I know that you don't ask the question
in this way.
This has been a criminal war, a genocidal war, committed by the state
of Israel against the Palestinian civilians of Gaza. We need to
understand that Israel is a colonial-settler state--an apartheid
state, based on deep-rooted racism and a fundamentalist interpretation
of Judaism.
Israel is defined as a Jewish-only state, and therefore, there
shouldn't be anyone who is not Jewish on this land, according to this
logic. So the war on Gaza is a continuation of the genocidal war that
Israel has waged since 1948.
In 1948, Israel kicked more than two-thirds of the Palestinian people
out of their homes, and there was no Hamas. There were no Qassem
rockets launched against the Jewish settlements in Palestine before
1948. In 1967, Israel occupied Gaza, the West Bank, the Golan Heights
and the Sinai Desert, and killed thousands of Palestinians without
Hamas launching rockets against Israel.
Now, Israel is arresting and killing Palestinians in the West Bank,
although we know that there are no rockets launched from the West Bank
against Israeli settlements inside the West Bank--though according to
international law, we as occupied people have the right to resist
Israeli occupation.

===> Le problème que j'ai avec cette sorte de question quand elle
vient des médias dans la ligne du courant dominant est que la guerre a
été désinformée comme une guerre entre Israël et le Hamas. Mais je
sais que vous ne posez pas la question de cette façon.
Cela a été une guerre criminelle, une guerre génocidaire, commise par
l'État d'Israël contre les civils palestiniens de la Bande de Gaza.
Nous devons comprendre qu'Israël est un État colonial de colon - un
État de l'apartheid, basé sur une interprétation fondamentaliste du
Judaïsme et un racisme enraciné.
Israël se définit comme un État seulement juif et donc, selon cette
logique, il ne devrait y avoir sur cette terre personne qui ne soit
pas juif. Donc la guerre de la Bande de Gaza est une suite de la
guerre génocidaire qu'Israël fait depuis 1948.
En 1948, Israël a mis à la porte de leurs maisons plus que les
deux-tiers des Palestiniens, pourtant le Hamas n'existait pas.
En 1967, Israël a occupé la Bande de Gaza, la Cisjordanie, le Plateau
du Golan et le Désert du Sinaï et sans roquettes du Hamas contre
Israël a tué des milliers de Palestiniens. Maintenant, Israël arrête
et tue des Palestiniens en Cisjordanie, bien que nous sachions qu'il
n'y a aucune roquette lancée de la Cisjordanie contre les
installations israéliennes à l'intérieur de la Cisjordanie - quoique
selon la loi internationale, comme peuple occupé nous ayons le droit
de résister à l'occupation israélienne.

I think to judge the outcome, you need to look at the objectives of
the war and what Israel has achieved so far. At the beginning, Israel
made very clear its objectives: 1) to destroy the infrastructure of
the "terrorist organization," 2) to put an end to the launching of
rockets from the Gaza Strip into Israel proper, and 3) to create a new
security situation in the Gaza Strip.
Which of these objectives has been achieved? None.
One, Hamas is still functioning. It is still in control of the
security situation in the Gaza Strip. Today, they issued a very
powerful press release in the Jabaliya refugee camp, which was the
first refugee camp to be attacked during this war.
Two, after Israel unilaterally declared a cease-fire, the Palestinian
resistance movement--not Hamas--shot seven rockets against Sderot and
other Israeli cities to say, "We are still here."
Three, the new security situation that Israel was talking about was to
weaken the Islamic resistance movement of Hamas in order to pave the
way for the return of the pro-Oslo forces. But that has not happened.
So in other words, none of the three objectives declared at the
beginning of the war have been achieved, and therefore Israel has lost
the war.
If killing 438 children, if killing more than 120 women, if
demolishing more than 40,000 houses, religious and government
buildings and so forth--if that is how winning is defined, then Israel
has won the war.

===> Je pense que pour juger le résultat, vous devez regarder les
objectifs de la guerre et ce qu'Israël a réalisé jusqu'ici. Au
commencement, Israël a rendus très clairs ses objectifs : 1) pour
détruire l'infrastructure "de l'organisation terroriste," 2) pour
mettre fin au lancement des roquettes depuis la Bande de Gaza en
Israël-même et 3) pour créer une nouvelle situation de sécurité dans
la Bande de Gaza.
Lequel de ces objectifs a été réalisé ? Aucun.
Un: le Hamas fonctionne toujours. C'est toujours lui qui contrôle la
situation de la sécurité dans la Bande de Gaza. Aujourd'hui, il a
publié un communiqué de presse en toute puissance dans le camp de
réfugiés Jabaliya, qui fut le premier camp de réfugiés à être attaqué
pendant cette guerre.
Deux, après qu'Israël ait unilatéralement déclaré un cessez-le-feu,
le mouvement de résistance palestinien - pas le Hamas - a tiré sept
roquettes contre Sderot et d'autres villes israéliennes pour dire,
"Nous sommes toujours ici."
Trois, la nouvelle situation dela sécurité dont Israël parlait devait
affaiblir le mouvement de résistance Islamique du Hamas pour frayer la
voie au retour des forces pro-Oslo. Mais ce n'est pas arrivé.
Autrement dit, si aucun des trois objectifs déclarés au début de la
guerre n'a été réalisé c'est donc qu'Israël a perdu la guerre.
En tuant 438 enfants, en tuant plus de 120 femmes, en démolissant plus
de 40,000 maisons, des bâtiments gouvernementaux, religieux et ainsi
de suite - si c'est cela qui définit la victoire, alors Israël a gagné
la guerre.

According to a press conference by the al-Qassam Brigades, the armed
wing of Hamas, Hamas lost 48 fighters. Al-Quds Brigades, the armed
wing of Islamic Jihad, lost 37 fighters. The National Brigades, the
armed wing of the Democratic Front for the Liberation of Palestine,
lost 12, I think. I don't know how many the Popular Front for the
Liberation of Palestine lost.
That's a tiny proportion of the number of people Israel killed during
the war. So my conclusion is that Israel, with the fourth-strongest
army in the world, with 120 nuclear warheads, F-16s, Apache
helicopters and Merkava tanks, up against starving people, against
stones and crude homemade rockets--still, Israel was not able to
reoccupy the Gaza Strip.
They were able to move around in empty areas--in the Netzarim
settlements and north of Gaza, but they were not able to enter the
Jabaliya refugee camp, Gaza City or the Rafah crossing.
And I have more bad news for them. They said they attacked the
Palestinian-Egyptian border in order to destroy the tunnels. And I can
tell you that today, we started getting things through the tunnels.
That means that they have achieved nothing--except terrorizing the
people of Gaza and creating a situation where there is only fear and,
unfortunately, hatred. That does not lead us to peace with justice.
That is what we are fighting for. We want true peace with justice,
comprehensive peace with justice. Israel, unfortunately, has delayed
that for us.

===> Selon la conférence de Presse des Brigades Al-Qassam, l'aile
armée du Hamas, le Hamas a perdu 48 combattants. Les brigades Al-Quds,
l'aile armée de Jihad Islamique, ont perdu 37 combattants. Les Équipes
nationales, l'aile armée du Front Démocratique pour la Libération de
la Palestine (FDPLP) en a perdu 12, je pense. Je ne sais pas combien
en a perdu le Front Populaire pour la Libération de la Palestine
(FPLP).
Ce qui est une proportion minuscule du nombre de la population
qu'israël a tuée pendant la guerre. Aussi ma conclusion est qu'Israël,
avec la quatrième armée la plus forte du monde, avec 120 F-16 à têtes
nucléaires, des hélicoptères Apache et des chars Merkava, elevés
contre des affamés, contre des pierres et des roquettes à l'état brut
faites à la maison - qu'Israël, alors, n'était pas capable de
réoccuper la Bande de Gaza.
Ils furent capables de se déplacer autour de secteurs vides - dans les
colonies de Netzarim et au nord de la Bande de Gaza, mais ils ne
furent pas capables d'entrer dans le camp de réfugiés de Jabaliya, ni
dans la Ville de Gaza, ni au carrefour de Rafah.
Et j'ai des nouvelles plus mauvaises pour eux. Ils ont dit qu'ils
avaient attaqué la frontière palestinienne-égyptienne pour détruire
les tunnels. Et je peux vous dire qu'aujourd'hui, nous avons commencé
à obtenir des choses par les tunnels.
Cela signifie qu'ils n'ont rien réalisé - sauf terroriser les gens de
la Bande de Gaza, et créer une situation où il n'y a que la peur et,
malheureusement, la haine. Cela ne nous mène pas à la paix avec la
justice. Ce pour quoi nous nous battons. Nous voulons la vraie paix
avec la justice, la paix complète avec la justice. Israël,
malheureusement, l'a différé pour nous.

E.R.:
On the eve of the cease-fire, there was a meeting in Sharm el Sheik in
Egypt, between Israel, the European Union countries, UN Secretary
General Ban Ki Moon and Egypt. I was struck by the announcement that
the chief point of agreement was to collaborate in order to insure
that Hamas was unable to re-arm during the "peace." They didn't utter
a word about Israel's atrocities, or discuss how to stop Israel from
using U.S. weaponry to carry out another massacre.

===> À la veille du cessez-le-feu, il y avait une rencontre à Sharm el
Scheik en Egypte, entre Israël, les pays de l'Union Européenne, le
Secrétaire général de L'ONU Ban Ki Moon et l'Egypte. J'ai été frappé
par l'annonce que le point central de l'accord était de collaborer
pour assurer que Hamas soit incapable de se réarmer pendant "la paix".
Ils n'ont pas prononcé un mot sur les atrocités d'Israël, ni discuté
sur comment arrêter Israël d'utiliser des armes américaines pour
effectuer un autre massacre.

H.E.:
Absolutely why allow Israel to be armed to the teeth? This is the
policy of blaming the victim. And within Arab countries, official
politics is nothing more than a cocktail of the politics of cowardice
and hypocrisy when it comes to the Palestinian situation. That also
applies, unfortunately, to European politics, when it comes to the
question of Palestine.
We Palestinians are paying a heavy price for a guilt-complex that
Europe has been suffering from--as a result of the terrible holocaust
in which more than 6 million Jews were killed. But we did not kill
these Jews--it was Europe. Anti-Semitism is a European phenomenon.
So today, instead of supporting the victim, Europe supports the
victimizer, the oppressor. The EU has decided to upgrade its ties with
Israel. It is rewarding the oppressor and punishing the oppressed.
So again, I ask you, is there really any hope of a new direction from
Western governments? I don't think so. And that is why our only hope
is among civil society organizations and political parties such as
yours--people on the left, people who understand the conflict, people
who know who the victimizer is and who the victim is.

===> Absolument, pourquoi permettent-ils à Israël d'être armé
jusqu'aux dents ? C'est la politique de blâmer la victime. Et dans les
Pays arabes, la politique officielle quand elle en vient à la
situation palestinienne n'est rien plus qu'un cocktail de la politique
de la lâcheté et de l'hypocrisie. Cela s'applique aussi,
malheureusement, à la politique européenne, quand elle en vient à la
question de la Palestine.
Nous les Palestiniens nous payons un prix lourd pour le complexe de
culpabilité dont l'Europe a souffert depuis - suite à l'holocauste
épouvantable dans lequel plus de 6 millions de Juifs furent tués. Mais
nous n'avons pas tué ces Juifs - c'était l'Europe. L'antisémitisme est
un phénomène européen.
Si aujourd'hui, au lieu de soutenir la victime, l'Europe soutient le
"victimiseur", l'oppresseur, c'est que L'UE a décidé de réhausser ses
liens avec Israël. Punir l'opprimé c'est récompenser l'oppresseur.
De nouveau, si je vous demande s'il y a vraiment un espoir pour une
nouvelle direction des gouvernements Occidentaux: je ne le crois pas.
Et c'est pourquoi notre seul espoir est parmi les organisations de la
société civile et les partis politiques comme le vôtre - le peuple de
gauche, le peuple qui comprend le conflit, le peuple qui sait
reconnaître qui est le "victimiseur" et qui est la victime.

----------------------

What else to read

===> Davantage à lire :

Haidar Eid has written an article titled "Sharpeville 1960, Gaza 2009"
that recounts his experiences during Israel's war and adds his voice
to call for an international movement to boycott, divest and sanction
Israel, modeled on the anti-apartheid movement.

===> Haidar Eid a écrit un article intitulé "Sharpeville 1960, la
Bande de Gaza 2009" qui recense ses expériences pendant la guerre
d'Israël et ajoute sa voix pour appeler à un mouvement international
de boycott, modelé sur le mouvement de l'anti-apartheid, pour priver
et sanctionner Israël.

The One Democratic State Group has issued "A Call from Gaza" that asks
activists and organizations to demand that their governments sever
ties with Israel, and calls for Israel's war criminals be brought to
justice. The same day this call was issued, Israel bombed the
headquarters of the University Teachers Association, one of the
prominent signatories of the call.

===> " Le Groupe pour un État démocratique" a sorti "un Appel pour la
Bande de Gaza" qui demande aux activistes et aux organisations
d'exiger que leurs gouvernements coupent les liens avec Israël et
appellent pour que les criminels de guerre d'Israël soient cités en
justice. Le même jour où cet appel a été publié, Israël a bombardé le
siège social de l'Association des Enseignants Universitaires,
organisation en vue signataire de l'appel.

http://www.odsg.org/co/
_._._.__._._._.__._.__._._._._._._____.
Ali No War http://www.myspace.com/alinowar
Back to top
Publicité






PostPosted: Fri 6 Feb - 04:42 (2009)    Post subject: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Back to top
Orphée
Administrateur

Offline

Joined: 15 Dec 2007
Posts: 1,287
Localisation: ....

PostPosted: Fri 6 Feb - 04:45 (2009)    Post subject: Recalling / Pour mémoire (6 janvier 2009) Reply with quote

"Nous vivons cette agression comme une punition collective"
http://abonnes.lemonde.fr/la-guerre-de-gaza/article/2009/01/06/nous-vivons-…

LEMONDE.FR | 06.01.09 | 19h05 • Mis à jour le 06.01.09 | 19h13 "[...] Haider Eid(er), maître de conférences à l'université Al-Aqsa, habite à quelques centaines de mètres des bâtiments ministériels de la ville de Gaza, pilonnés par l'aviation israélienne. "La première fois que le complexe ministériel a été bombardé je dormais. Tout le bâtiment a tremblé. Les vitres ont éclaté tout autour de moi. Il y avait du verre partout dans ma chambre. J'ai eu de la chance d'être allongé à ce moment là. Je n'ai plus fermé l'œil depuis. A l'instant où je vous parle, je peux voir des hélicoptères, des F-16 et des drones par ma fenêtre. Toutes les cinq minutes, il y a des tirs d'artillerie, des tirs d'obus ou des attaques aériennes", raconte-t-il alors que résonnent derrière lui des détonations. "Vous entendez ? C'est l'artillerie."
Cet universitaire, qui se définit comme un laïc, n'a pas voté pour le Hamas en 2006. Malgré ses convictions, il ne lui viendrait pas à l'idée de tenir le vainqueur des dernières législatives pour responsable de la situation. "Ce n'est pas une guerre entre Israël et le Hamas, mais une remise en cause de l'existence même du peuple palestinien. Nous vivons cette agression comme une punition collective : nous sommes bombardés parce que nous avons porté le Hamas au pouvoir. C'est un crime de guerre et un crime contre la démocratie."Selon lui, loin d'affaiblir le Hamas, l'attaque israélienne a soudé l'ensemble de la population contre "l'agresseur". "Mais la question dépasse largement le Hamas : parmi les combattants, il y en a de tous horizons. Il s'agit d'un mouvement de libération nationale. Cela me fait penser à ce qui s'est passé il y a deux ans au Liban. Israël voulait détruire les infrastructures du Hezbollah, qui est ressorti de cette guerre plus populaire que jamais..." [...]"



An Interview with Dr. Haidar Eid in Gaza

By Eva Bartlett – Gaza

An interview with Dr. Haidar Eid. Testimony taken December 30, 2008, 5 pm. Dr. Eid is an Associate Professor in the Department of English Literature, Al-Aqsa University, Gaza Strip, Palestine.
The corpus here:
http://palestinechronicle.com/view_article_details.php?id=14573

[- Eva Bartlett is a Canadian human rights advocate and freelancer who spent eight months in 2007 living in West Bank communities and four months in Cairo and at the Rafah crossing. She is currently based in Gaza, after the third successful voyage of the Free Gaza Movement to break the siege on Gaza. She is a regular contributor to PalestineChronicle.com.]
_._._.__._._._.__._.__._._._._._._____.
Ali No War http://www.myspace.com/alinowar
Back to top
Orphée
Administrateur

Offline

Joined: 15 Dec 2007
Posts: 1,287
Localisation: ....

PostPosted: Fri 6 Feb - 05:02 (2009)    Post subject: Haidar Eid published in France (bilingual), 2000. Reply with quote

A Gramscist Essay as a review of Ahmed Qatamesh's Reformulating the Alternative (1994)
Notebook from the Palestinian Prison

By Haidar Eid
Original (English) Version

Un essai Gramsciste en recension de Ahmed Qatamesh: Reformuler l'alternative (1994)
Carnet des prisons palestiniennes

Par Haidar Eid traduit par Olivier Surel
French Version
_._._.__._._._.__._.__._._._._._._____.
Ali No War http://www.myspace.com/alinowar
Back to top
Contenu Sponsorisé






PostPosted: Today at 15:11 (2017)    Post subject: Almost Gaza after all / Gaza après tout ou presque

Back to top
Display posts from previous:    Previous topic : Next topic  
Post new topic   Reply to topic    JULIEN DORÉ + DIG UP ELVIS Forum Index -> Collective Space (multilingual) / Espace collectif (multilingue) -> FORUMS AND NOTES / FORUMS ET NOTES -> Free discussions / Discussions libres All times are GMT + 2 Hours
Page 1 of 1

 
Jump to:  

Index | Administration Panel | Free forum | Free support forum | Free forums directory | Report a violation | Conditions générales d'utilisation