top

[W] Culturopoing.com 02-07-2008

 
Post new topic   Reply to topic    JULIEN DORÉ + DIG UP ELVIS Forum Index -> Julien Doré + Dig Up Elvis (francophone) -> JULIEN DORÉ [FR] -> Revue de Presse & Presse-Media
Author Message
Orphée
Administrateur

Offline

Joined: 15 Dec 2007
Posts: 1,287
Localisation: ....

PostPosted: Sat 19 Jul - 21:25 (2008)    Post subject: [W] Culturopoing.com 02-07-2008 Reply with quote

http://culturopoing.com/Blogs/Musique.php?Id=957

Julien Doré - "Ersatz"
Hits en acrylique

L'internationale Pop » Pop orchestrée et soignée »
Posté par mister_kenyatta le 02 juillet 2008 à 23:51:32

Le voici donc enfin, le premier album de celui qui a très largement fait de la Nouvelle Star un phénomène de société (de la société du spectacle, au moins) et fait pénétrer cette émission de variétés télé-crochet dans des foyers où M6 n'aurait jamais imaginé mettre les pieds !
On ne va pas revenir sur la stratégie post-duchampienne de Julien Doré dans le cadre de cette émission, d'une part parce qu'il y a probablement une bonne part d'hypocrisie là-dedans et de la part d'un peu tout le monde (lui y compris), mais surtout parce que ça n'est finalement pas le plus intéressant qui s'est joué là, chaque semaine, au printemps 2007.
Presqu'à lui seul, avec la complicité d'une production ayant eu l'intelligence de comprendre le phénomène et de s'y adapter, il a réussi à faire considérablement bouger les frontières d'une émission de variétés télévisée de prime time. Ne serait-ce que pour ça, pour ce petit miracle de quelques mois, il pourrait bien avoir foiré son album qu'on lui en serait malgré tout éternellement reconnaissant...

Seulement voilà, figurez-vous que l'impétrant a commis plusieurs crimes !
Il a laissé tomber ses Dig Up Elvis et autres Jean d'Ormessons (dont aucun de ceux qui l'accusent aujourd'hui de traîtrise à la cause "indépendante" n'avaient évidemment jamais entendu parler il y a un an et demi) pour se faire sa carrière solo de petit arriviste.
Il n'a pas fait un "album de rock'n'roll", dixit Philou Maneuvre, dont on a justement pu constater la conception souvent étrange du "rock'n'roll" lors de la dernière Nouvelle Star, dont il fut un juré assez peu convaincant...
Il se la joue "je travaille avec des artistes indépendants" (Renaud Letang, Christophe, Cocoon, Joseph d'Anvers, Arno...) mais pour une major, je ne sais pas si vous vous rendez compte un peu du côté grotesque et infâmant de la contradiction ?!? (comme si Christophe n'avait pas fait toute son immense carrière pour de grosses maisons de disques et comme si Arno n'était pas depuis longtemps à des années-lumière de ses débuts franc-tireur avec TC Matic...)
A la base, n'y a-t-il pas quelque chose de totalement absurde de reprocher à un gagnant de la Nouvelle Star (aussi estimable soit cette émission... et je sais de quoi je parle !) ses compromissions avec le "music business" ??
Mais non, au lieu de se réjouir qu'un chanteur vraiment intéressant, quand même à mille lieues des Jenifer, Nolwenn Leroy, Jonathan Cerrada, Amel Bent ou même Christophe Willem, fasse à la fois et en même temps la couverture des Inrocks et de Muteen (soit un crossover plutôt sympathique), beaucoup préfèrent lui faire payer sa célébrité fabriquée. Sans la NS, la notoriété de Julien Doré n'aurait jamais dépassé le Gard et il continuerait à ne regarder Louise Bourgoin qu'à la télé en faisant dieu sait quoi ? So what ?...



Le moins qu'on puisse dire est que, pas dupe, le disque fait plusieurs fois référence à ce statut médiatique si particulier de son auteur. Probablement même un peu trop. Au fond, le refrain du single, Les Limites, suffisait à résumer la chose :
Hey, je ne rêve pas, je sais
Quand j'arrêterai, je vais
Quitter Paris
Je sais après je vais payer pour ça.

Même si la chanson fait plutôt mine d'évoquer quelque délictueuse addiction...
Du coup, les paroles (déjà !) désenchantées du vedettariat mondain de Soirées parisiennes sonnent un peu superfétatoires, un peu fausses aussi, d'après ce que l'on sait du jeune homme par les tabloids... D'autant que le style musical assez clinquant de la chanson lui va moins bien au teint.
On sera infiniment plus indulgent pour l'une des deux chansons signées Cocoon, Figures imposées, qui semble résumer ses mois passés à Baltard, parce qu'il s'agit tout simplement de la plus belle réussite de l'album, dans un genre où on ne l'attendait pas, celui de la grande variété 70's, magnifiée par la production d'un Renaud Letang ici sur le fil du rasoir du too much (la chanson ne déparerait d'ailleurs pas le récent Soft power de l'ami Gonzales...).



L'humour et le second degré, une des grandes forces de Julien Doré, ne sont présents qu'avec parcimonie : un Dans tes rêves très "katherinien" (d'ailleurs cité dans ce long name dropping assez drôle), un First Lady possiblement dédié à Carla B. (aussi présente dans la chanson précédente) et une reprise mi-fidèle, mi-décalée du S.S. in Uruguay, issu de l'album le plus controversé de Gainsbourg, Rock around the bunker, seul album répertorié mariant rock et nazisme !
Pour le reste, on donne dans le sérieux, voire même le grave. Et c'est précisément le registre qu'a choisi Julien Doré pour écrire ses propres chansons, au nombre de quatre.
On a le droit de ne pas être totalement convaincu par les textes, qui sentent un peu trop l'effort d'écriture automatique (fâcheux oxymore) et l'effet poétique. Il y a une plume, incontestablement, mais qui gagnerait probablement à plus de simplicité.
Le compositeur est en revanche beaucoup plus convaincant, dans une veine assez folk, sauf dans un Pudding morphina musicalement plus ambitieux et sophistiqué, où le Gainsbourg de la fin des années 60 (encore lui) rencontrerait le Jean-Michel Jarre des années Christophe.
Voilà qui donne furieusement envie d'un second album "100 % J.D." ! Avec toujours sa voix qui a fait son succès cathodique, absolument pas réductible à son "excentricité", il serait temps de l'affirmer haut et fort, une voix parfaitement maîtrisée, d'une grande richesse et assez irrésistible quand elle descend dans des graves très profonds.

Au final, Ersatz n'est pas une réussite totale mais répond haut la main aux espoirs placés en lui, ceux d'un chanteur à la fois populaire, talentueux et intelligent. Et malgré ses imperfections, ce disque n'a aucun mal à coller la honte aux enregistrements de ses prédécesseurs sortant aussi bien de la Nouvelle Star que de la Star Ac'.


Pas de clip des Limites à vous proposer, les liens "embedded" YouTube ayant manifestement été stupidement désactivé par la maison de disques... Ca ne vaudrait pas la peine d'en parler si on n'était pas convaincu que tout ça ne contribue pas à ce que son poulain soit pris en grippe par ceux qui attachent plus d'importance à ces détestables combines marketing plutôt qu'aux disques eux-mêmes.
Alors, pour la peine, la source d'inspiration (pleinement revendiquée par Julien Doré lui-même) du clip :


_._._.__._._._.__._.__._._._._._._____.
Ali No War http://www.myspace.com/alinowar
Back to top
Publicité






PostPosted: Sat 19 Jul - 21:25 (2008)    Post subject: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Back to top
Display posts from previous:    Previous topic : Next topic  
Post new topic   Reply to topic    JULIEN DORÉ + DIG UP ELVIS Forum Index -> Julien Doré + Dig Up Elvis (francophone) -> JULIEN DORÉ [FR] -> Revue de Presse & Presse-Media All times are GMT + 2 Hours
Page 1 of 1

 
Jump to:  

Index | Administration Panel | Free forum | Free support forum | Free forums directory | Report a violation | Conditions générales d'utilisation